Une analyse des biocarburants pour l’Afrique

Les solutions pour le climat sont largement évoquées lorsqu’il s’agit de mobilité électrique ou de l’avènement d’une société basée sur l’hydrogène mais les émissions de gaz à effet de serre (GES), elles, se déversent toujours. Le transport: il contribue à hauteur d’un quart aux émissions mondiales de GES, et les deux tiers de ces émissions émanent du transport routier. En analysant les émissions mondiales actuelles de gaz à effet de serre (c’est-à-dire d’avant la pandémie en 2019 : Chine 10 gigatonnes, Etats-Unis 5 GT, UE 4 Gt et Afrique 1,3 Gt) ainsi que les taux de progression qui se sont établis juste en dessous de 5% par an au cours des décennies passées, l’Afrique pourrait voir ses émissions dépasser 1,5 Gt en 2030, 2,5 Gt en 2040, 4 Gt en 2050, atteignant ainsi le niveau actuel de l’UE si aucune mesure n’est prise pour limiter les émissions.

L’Europe n’est pas autosuffisante en matière de biocarburants de première génération, bien que les capacités de production ne soient pas totalement utilisées, et les importations peuvent avoir du sens. Les biocarburants de première génération, qui incluent le diesel « co-traité » et les matières premières nécessaires à sa production, constituent toujours une opportunité d’importation de l’Afrique vers l’Europe : le rendement agricole (conditions climatiques favorables) et le coût de production peuvent offrir un avantage compétitif par rapport aux conditions rencontrées en Europe, et la distance est plus faible par rapport au marché que depuis l’Asie du sud-est par exemple. Mais, en matière de conditions économiques de production, il convient de porter attention au développement durable et à l’égalité de traitement. Le manque de capacités de raffinage disponibles en Afrique à l’heure actuelle, ainsi que la pénurie constante de diesel produit localement, viennent également limiter cette opportunité..

Les avantages concurrentiels significatifs doivent être exploités dans la pratique. Les enseignements tirés de l’industrie de la production d’électricité renouvelable au cours des 30 dernières années font apparaître trois étapes pour le développement fructueux d’une nouvelle activité comme les biocarburants en Afrique.

Téléchargez un extrait du Zoom sur l’industrie publié dans le rapport de CITAC sur le Marché du pétrole en Afrique subsaharienne, janvier 2022 :

Une analyse des biocarburants pour l’Afrique